navigation

4- Les préjugés 10 avril, 2011

Posté par stiopka dans : Non classé , 11 commentaires

Les préjugés sont à la perception des choses ce que la gangrène est à une jambe toute saine.

Le taxi qui a décidé de me convoyer me jette un regard obscur et brillant comme s’il allait me brutaliser. Ses yeux se confondent dans le noir métallisé de sa berline. Il saisit mes bagages et les balance sans ménagement dans le coffre ; au passage, il ne me quitte pas des yeux au cas où j’aurais quelque chose à redire sur ses manières. Je ne bronche pas.

Bon, mes valises sont emprisonnées à l’arrière de la voiture et moi-même j’ai double-bouclé ma ceinture car je me dis qu’un poète comme celui-ci doit conduire virilement. Il démarre et me fusille du regard dans son rétroviseur.

Je me sens moyennement rassuré tout à coup. « Adieu, monde cruel, ce chauffeur de taxi est un psychopathe qui va m’exécuter entre la Porte de Montreuil et la Porte de Bagnolet, puis il me découpera en morceaux, me liquidera à l’acide et jettera mes restes dans la Marne pour servir de nourriture aux brochets. »

On prétend que les chauffeurs de taxi sont d’infatigables causeurs mais le mien est aussi bavard qu’un feu rouge. Il roule. Je me demande pourquoi j’ai passé ma vie de non-croyant à ne pas croire en Dieu car il serait largement temps que j’implore sa protection, tout de suite, là : on peut se convertir ultra rapidement ?

Tout à coup, il met en marche son lecteur CD et mon ombrageux pilote change complètement de faciès en se mettant à chantonner avec une voix enfantine : « Et il m’aime encore, et moi je t’aime encore plus fort… » de Coeur de Pirate.

Coeur de Pirate… exactement le portrait de mon chauffeur.

 

Image de prévisualisation YouTube

3- Canardages

Posté par stiopka dans : Non classé , 2 commentaires

La guerre au quotidien. Les hommes sont des guerriers ; c’est dans leur atavisme, dans leurs gènes, dans leur sang. C’est juste la civilisation qui a évolué autour d’eux.

Lorsque l’on pense aux objets du quotidien et aux actes banals de notre vie, que trouve-t-on ? Des « pistolets à peinture » ou des « canons à neige ». Observons de plus près « l’hominus lavus voiturus », spécimen qui ne sort exclusivement que les dimanches sans pluie pour nettoyer son cher véhicule.

Son comportement est très précis. Le fait de saisir son nettoyeur haute pression et de fusiller à bout portant sa calandre, de viser à l’intérieur des jantes ou de terrasser la crasse sous son bas de caisse ne constitue-t-il pas une preuve éloquente de son besoin de saisir une arme.

Ah, on les identifie bien les cow-boys du shampoing pour carrosserie et les snipers de fientes de pigeons ; ce sont les mêmes qui étaient des as du pistolet à eau lorsqu’ils étaient enfants.

À vrai dire, je ne m’étonne que d’une chose. Depuis le temps, aucun homme n’a encore songé à inventer une flèche adaptée à un arc… en ciel.

arcenciel.jpg 

2- Message codé

Posté par stiopka dans : Non classé , 3 commentaires

Les marionnettes. Les peluches. On fait tout dire aux objets inanimés. Plus perfide ou plus subtil, on peut faire passer des messages par des « objets vivants » : des êtres humains, des animaux ou des plantes.

C’est exactement comme dans La Femme du Boulanger de Marcel Pagnol. La chatte du boulanger, Pomponnette, s’est enfuie avec un chat de gouttière, laissant le chat Pompon dans un désarroi total. Or, la femme du boulanger est elle-même partie rejoindre son amant plus jeune et plus beau.

Mais, la boulangère revient, transie de froid, de honte, affamée et au même moment Pomponnette refait son apparition. Le boulanger fait alors la morale à Pomponnette en prenant la précaution que chaque mot puisse être transposable au calvaire que lui a fait subir sa femme. « Garce, salope, ordure. C’est maintenant que tu reviens, hein ? Et le pauvre Pompon, dis, qui s’est fait un mauvais sang de peste depuis hier… »

Cela ne vous est jamais arrivé de dire à une serrure qui refuse de s’ouvrir qu’elle est « pénible », « stressante », « rebelle » ou « casse-bonbon », en espérant très fort que la personne que vous considérez ainsi soit suffisamment proche de vous pour se sentir concernée ? Moi : si…

lafemmeduboulanger.jpg 

1- Petits Bonheurs

Posté par stiopka dans : Non classé , 1 commentaire

Posons-nous. Regardons ce qui nous entoure. D’un point de vue général, « macro », à la grosse loupe, tout nous invite à la tristesse : inégalités, souffrances, catastrophes, maladies incurables, médiocrité du débat public et spiritualité en berne.

Ça, c’est le point de vue de médias qui gèrent l’agenda des informations ignobles auxquelles nous sommes exposés. D’ailleurs, on n’y fait plus attention : un bébé dans un frigo, un meurtre atroce, des viols sur mineurs… Anesthésie des sens. Tant que les journalistes n’ont par purgé la litanie des horreurs commises par nos semblables, celles auxquelles nous sommes les plus réceptifs…, nul n’est rassasié.

On se rappellera davantage du nombre de morts causé par le tsunami japonais que des causes naturelles du phénomène. Le pire est instrumentalisé, amplifié par l’interactivité d’Internet, scénarisé parce que cela fait vendre. On le sait bien, les trains qui arrivent à l’heure n’intéressent personne.

Je connais quelqu’un, une terrienne, comme vous et moi, qui a décidé de regarder sa vie au microscope, mais un microscope si sélectif qu’il ne retient que les bonnes nouvelles et que les belles images. Jolie invention.

Le sourire éclatant de fierté de son enfant, la fraîcheur printanière des fleurs de son jardin ou la conscience toute simple d’avoir construit quelque chose qui a du sens dans sa vie familiale. Chaque jour est pour elle l’opportunité de détecter, en dépit des difficultés auxquelles elle est soumise tout autant que nous tous, un petit bonheur du quotidien. Bel état d’esprit.

jonquilles.jpg 

LES AUTRES

Posté par stiopka dans : Non classé , ajouter un commentaire

Go to fullsize image Go to fullsize image Go to fullsize image Go to fullsize image 

Où que l’on aille, on est cerné par les Autres.

Les Autres vous concernent, vous obsèdent, vous entraînent ou vous exaspèrent mais ils existent. Il faut faire avec.

Les Autres nous inspirent aussi, car, de soi-même, on a vite fait le tour. Les Autres sont passionnants ou sont insignifiants mais les Autres vous laissent toujours une impression ; même l’indifférence qu’ils peuvent susciter est un sentiment caractérisé.

Les Autres font de Nous ce que nous sommes et font de nous des misanthropes, des humanistes ou des spectateurs.

Les Autres, c’est Vous, c’est Moi, c’est Nous.

Bonjour tout le monde ! 3 avril, 2011

Posté par stiopka dans : Non classé , 1 commentaire

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

1...6263646566

Circuit court |
التر... |
Fontaine a eau pure |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | akilidiakabo (Reflexion)
| Sybille Voyance
| L'actu écologique